Pour éviter le burn-out, apprenez à vous ennuyer !

Pour éviter le burn-out, apprenez à vous ennuyer !
The following two tabs change content below.
Luc Pillot
Passionné de musique et accompagné de mon fidèle destrier prénommé "VTT", je carbure à la pizza pour aller vous chercher au triple galop le meilleur des conseils bien-être et anti-stress !

Pour éviter le burn-out, apprenez à vous ennuyer !

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le temps passe vite, et que nos journées ont tendance à virer au marathon que ça soit au boulot ou ailleurs. La course pour déposer les enfants, la course pour aller acheter de quoi manger, la course pour prendre les transports, la course pour terminer un dossier dans les temps, la course pour décrocher une offre client avant qu’il n’aille voir ailleurs… pas de doutes, l’homme du 21ème siècle est un homme pressé, comme le chantait le groupe Noir Désir !

Être toujours pressé n’est pas sans danger

Sans surprise, cette agitation et cette course contre-la-montre permanente ne sont pas sans conséquences. De la fatigue physique, tout d’abord, car tirer sur la corde en permanence en puisant dans nos réserves a forcément un impact sur notre corps. Mais c’est surtout de la fatigue mentale dont il faut se méfier, car elle est beaucoup plus insidieuse, et peut même avoir un impact sur votre corps sans que vous ne fassiez le lien.

Tous menacés par le burn-out

Car le burn-out, on en parle de plus en plus régulièrement, de plus en plus de personnes sont informées de son existence, et pourtant, la plupart pensent qu’ils ne risquent rien… à d’autres ! Pourtant, le burn-out touche tout le monde, sans exception, et ce n’est pas parce que vous estimez être solide que vous êtes indestructible, ou immunisé au burn-out… personne ne l’est !

Moi et le burn-out

Vous ressentez des douleurs physiques (douleur au dos, TMS, douleurs musculaires, migraines) ? Vous ressentez un manque d’énergie récurrent ? Vous vous sentez irritable, cynique, vous avez perdu la flamme, êtes indifférent à ce qui vous entoure et à votre travail ? Vous donnez tout ce que vous avez, mais avez l’impression que ce n’est jamais assez, et avez perdu confiance en vous ? Vous êtes peut-être bien sur la pente du burn-out, et croyez-nous sur parole, vous ne voulez clairement pas faire un burn-out.

Mieux comprendre le burn-out

Le but de cet article n’est pas de vous expliquer en profondeur ce qu’est le burn-out. On vous conseille plutôt de vous rendre sur notre mini-site dédié au burn-out et à comment le combattre. On vous laisse lire cette piqûre de rappel avant d’aller plus loin. Vous voilà informés ? Parfait. Reprenons. A l’évidence, le burn-out, c’est loin d’être agréable, et comme toujours, mieux vaut prévenir que guérir. Et si la clé pour éviter le burn-out, c’était d’apprendre à s’ennuyer ?

En seulement 5 minutes par jour, apprenez à gérer vos émotions et améliorer votre bien-être de manière durable

Apprendre à s’ennuyer ?

Je vous vois venir : mais qui a le temps de s’ennuyer avec un emploi du temps surchargé ? Peut-être bien les Coréens, car figurez-vous que c’est devenu un sport national. Enfin, pas tout à fait. Reprenons la situation à plat. En 2014, l’artiste WoopsYang crée Space Out Competition, un concours annuel se déroulant à Séoul (Corée du Sud) qui consiste à s’ennuyer, en fixant dans le vide, sans rien faire. Une démarche qui lui est venue après avoir réalisé qu’elle faisait un burn-out, mais que rester assise à ne rien faire l’angoissait terriblement, et que ça serait plus facile de ne rien faire en groupe.

Space Out Competition : s’ennuyer, un sport de professionnels

Aujourd’hui, ce simple projet artistique a bien évolué et est devenu un véritable spectacle, avec jury et règles strictes (pas de téléphones, de bavardages, de montres ou de siestes), et 70 participants pour 2000 candidats. S’ennuyer, c’est une affaire de professionnels ! Et ceux-ci ne doivent rien faire durant les 90 minutes que dure l’épreuve, sous peine d’être disqualifiés. On mesure leur rythme cardiaque, et celui étant resté le plus impassible et détendu pendant toute l’épreuve remporte le concours.

L’ennui, havre de paix dans l’œil du cyclone

Parce que c’est aussi une performance artistique, l’événement se déroule à un moment animé de la journée (le lundi matin pour l’édition 2016), dans un endroit bondé de la ville. Résultat ? Un contraste impressionnant entre ces gens inactifs concentrés sur leur absence totale d’activité, et la frénésie des gens pressés tout autour d’eux. De plus, les participants sont encouragés à venir en costume de travail, afin de représenter au mieux une version miniature de la ville, et rappeler que n’importe qui peut être touché par le burn-out, mais surtout que n’importe qui est capable – et a bien besoin – de se détendre.

L’ennui, une arme efficace pour prévenir le burn-out

Si ce concours peut amener à sourire tant on est loin des performances sportives des jeux olympiques, il faut rappeler que l’objectif et d’éveiller les consciences à l’importance du repos et de la résilience, et pas seulement pour la Corée du Sud, mais pour le monde entier. Le burn-out est un sujet qui touche de nombreuses personnes, et comme des recherches ont démontré que le cerveau a besoin de temps d’arrêt pour traiter l’information, réduire le stress et donc les risques de burn-out, c’est un rappel qui ne fait pas de mal.

Pour mon équilibre et mon bien-être, j’apprends à devenir zen rapidement et facilement

Tous concernés par le burn-out

Bien qu’il s’agisse d’un événement assez insolite et que tout le monde n’est pas d’accord pour dire que c’est de l’art, il faut reconnaître qu’il s’agit d’une initiative qui marque les esprits, ce qui n’est pas un mal dans un des pays les plus stressés au monde, que le New York Times décrit d’ailleurs comme un pays étant « au bord de la dépression nerveuse nationale ». Et si la France n’en est pas au même niveau, rappelons tout de même que 3,2 millions de français (soit 12 % de la population active) seraient en risque élevé de burn-out. Ce qui est tout sauf négligeable !

Changez votre rapport à l’ennui pour être plus épanouis

Ce rappel sur l’importance de l’ennui et du repos spirituel est donc d’une importance cruciale, et est l’occasion d’apprendre à le réinviter petit à petit dans nos vies. Au travail, par exemple, apprenez à faire de vraies pauses, et pas une pause pour passer 3 coups de fil, fumer 2 cigarettes le plus vite possible et gérer votre agenda : une vraie pause où vous prendrez le temps de vous déconnecter, de vous asseoir et de ne rien faire histoire de refroidir la machine avant qu’elle ne surcharge. Mais aussi à la maison, où ne rien faire peut devenir un excellent sas de décompression entre vie professionnelle et personnelle. Un moment rien qu’à vous pour simplement apprécier l’instant présent, un moment hors du temps et du flux d’informations et d’actions toujours plus pressant, pour vous recentrer sur vous même. Et pour vous motiver et faciliter la transition si vous êtes une pile électrique, vous n’avez qu’à vous dire que ne rien faire est productif, puisque c’est bon pour votre cerveau, votre corps, et votre santé de manière générale !

Conclusion

Finalement, pousser à la réflexion sur notre rapport à l’ennui est en tout cas une excellente idée. Constamment pressés et toujours dans une optique de productivité, n’ayant pas de temps à perdre, s’ennuyer apparaît justement comme une « perte » de temps pure et dure. Une perte de temps pourtant nécessaire au repos de notre esprit, et donc à notre équilibre et notre bien-être. Apprendre – ou réapprendre – à s’ennuyer est au final une problématique vitale dans un monde où tout va toujours plus vite.

Luc Pillot

Responsable Multimédia

Skappy, booster de bonne humeur !

The following two tabs change content below.
Luc Pillot
Passionné de musique et accompagné de mon fidèle destrier prénommé "VTT", je carbure à la pizza pour aller vous chercher au triple galop le meilleur des conseils bien-être et anti-stress !