Chapitre 1 : La résilience au travail

Interview Maurice Alazet
The following two tabs change content below.
Romahn Chedli

Romahn Chedli

Le football comme source de bien-être, j'utilise Skappy pour vous le transmettre !

Chapitre 1 : La résilience au travail

Autrefois directeur général de Philips Consumer Lighting France, Maurice Alazet nous partage son expérience et plus particulièrement sa capacité de résilience suite à un évènement important de sa vie.

Cette histoire se divisera en deux chapitres. Le premier soulignera sa capacité de résilience dans le cadre professionnel, tandis que le deuxième retracera sa faculté à surmonter les épreuves dans un contexte plus personnel.

Maurice Alazet : une carrière exemplaire

Maurice Alazet, une carrière exemplaireTout commence fin des années 70, Maurice Alazet intègre l’entreprise Philips plein d’espoir et de bonne volonté. La belle histoire continue puisqu’en 1997 il gravit les échelons et devient directeur de clientèle puis directeur commercial France dans la foulée. Il est ensuite désigné « senior director global key account manager » en 2004, jusqu’à devenir directeur général de Philips Consumer Lighting France en 2011, synonyme de l’aboutissement de sa carrière.

A la fois ambitieux et généreux (je sais qu’il va être content en lisant cela), actuellement, il dispose d’une double fonction à l’Institut Universitaire d’Evreux en tant que professeur de commerce international et vice-président.

Quel est votre état d’esprit actuel ?

Très positif et décidé à faire évoluer et grandir nos étudiants pour affronter les défis de demain !

Quelle est votre définition de la résilience ?

Notre capacité à chacun à rebondir après une épreuve.

Vous-êtes-vous déjà retrouvé confronté à une situation que l’on pourrait qualifier « d’insurmontable » ?

Oui, lors du décès soudain de mon épouse, le 23 décembre 2006, veille de Noël…dans mes bras, à 06h du matin…Tout s’écroule autour de vous …

Par rapport à votre poste et vos responsabilités comment avez-vous réagi?

Je me suis mis rapidement à nouveau au travail afin d’éviter de penser et de trop réfléchir !

Comment vos collègues et supérieurs hiérarchiques ont-ils réagi ?

De fort belle manière, en étant discrets mais attentifs et souvent par de « petits » gestes mais au combien importants.

Les petites attentions pouvaient être un sourire, une tape sur l’épaule, un café porté au bureau, un déjeuner le midi non prévu, un mot gentil glissé à la fin d’une conversation, un regard appuyé … toutes ces petites attentions qui te font sentir que les gens sont avec toi !

Cet évènement a-t-il fait évoluer votre regard sur les relations au travail ?

Oui mais surtout sur la vie en général et la distance que nous devons prendre par rapport aux petits problèmes quotidiens…

Apprenez à prendre du recul

A quel moment vous êtes-vous senti apte à reprendre le travail ?

Dès le 2 janvier 2007.

Restons dans le monde de l’entreprise, quels conseils donneriez-vous à la tribu afin de surmonter une telle épreuve ?

Avoir la chance d’être dans une entreprise humaine, ne pas hésiter à en parler, trouver le moyen de faire sortir son chagrin (ce fut l’écriture pour moi), ne pas rester seul !

Cliquez ici pour voir la seconde partie de l’interview axée uniquement sur le côté privé.

Romahn CHEDLI

Community Manager de Skappy

The following two tabs change content below.
Romahn Chedli

Romahn Chedli

Le football comme source de bien-être, j'utilise Skappy pour vous le transmettre !

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.